Affiche The Hate U Give

C’est la première fois que je réalise non pas une critique de livre mais une critique de film sur ce blog, je vous demande donc de vous montrer indulgent. Je regarde assez peu de films et de séries mais étant donné le coup de coeur que j’ai eu pour celui-ci, j’avais un besoin viscéral de vous parler de ce magnifique film qu’est « The Hate U Give » et qui sortira le 23 janvier dans les salles. Ce film est une adaptation du livre de Angie Thomas sortie en 2018. Je dois préciser avant de vous parler du film que j’ai vu celui-ci en avant-première il y a plusieurs semaines en version originale et je n’ai donc aucune idée de ce que donneront les doublages avec les voix françaises ( et parfois… on a des surprises).


Le résumé de « The Hate U Give »

 » Starr est témoin de la mort de son meilleur ami d’enfance, Khalil, tué par balles par un officier de police. Confrontée aux nombreuses pressions de sa communauté, Starr doit trouver sa voix et se battre pour ce qui est juste.  » – Allocine.

Mon avis

Star est une jeune fille noire de seize ans qui a beaucoup de mal à concilier sa vie de « ghetto », (elle habite dans un quartier défavorisé avec une forte communauté noire) et sa vie d’étudiante modèle dans un prestigieux lycée de blancs où elle est l’une des rares élèves noires. Un soir alors que son ami Khalil, la ramène chez elle en voiture, ils se font arrêter par une patrouille de police. Khalil qui n’est pas armé se fait tirer dessus plusieurs fois par un policier blanc sous les yeux de Starr seulement parce que celui-ci l’a trouvé « menaçant » .

Le sujet n’est donc pas s’en rappeler les « Black Lives Matter » “Les vies noires comptent” qui est un mouvement qui dénonce les violences policières dont sont victimes les Noirs aux États-Unis. Le moins que l’on puisse dire c’est que le sujet était casse-gueule voire très casse-gueule. Durant tout le film je me suis dit « Je ne vois pas comment le réalisateur va s’en sortir pour faire passer ses messages sans donner raison à l’un ou à l’autre, et sans qu’il y ait un certain parti pris beaucoup trop visible et qui donnerait au film des allures de pamphlet déguisé « . Et finalement, si je ne devais retenir qu’un seul mot pour définir ce film, ce serait la justesse. Le film est magnifiquement bien réalisé alors que le sujet est délicat. Je ne l’ai pas trouvé moraliste même si forcément il pose beaucoup de questions et pousse à la réflexion.

Ce film traite de nombreux sujets : du système judiciaire biaisé, des forces de l’ordre corrompues et violentes, des gangs dangereux, des médias peu fiables, et bien sûr, du racisme.

Le personnage principale de Starr est juste parfait et très réel. On ressent ça colère, son sentiment d’injustice, sa tristesse, son incertitude, ses peurs… L’actrice AMANDLA STENBERG incarne avec brio son personnage.

Tout au long du visionnage j’ai eu mal au cœur, j’ai été révoltée, énervée, déçue, heureuse, surprise… Je suis passée par une palette très large d’émotion. J’ai donc eu un immense coup de cœur pour ce film et pour ses personnages. Je vous invite fortement à aller voir. Je vous laisse sur quelques citations, n’hésitez pas à me donner votre avis sur le livre ou le film.

Tu peux très bien être courageuse et avoir peur quand même. Être courageuse, ça veut dire ne pas se laisser abattre par sa peur.


C’est drôle. Les esclavagistes eux aussi pensaient qu’ils faisaient la différence dans la vie des Noirs. Qu’ils les sauvaient de leurs « manières africaines ». Autre siècle, même logique. J’aimerais que les gens comme eux arrêtent de penser que les gens comme moi ont besoin d’être sauvés
.

Même quand on a tout fait comme il faut, il arrive parfois que les choses tournent mal. Mais il faut persister, c’est ça la clé.

N'hésitez pas à laisser un commentaire...ça fait toujours plaisir ;)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :