réseaux sociaux

Je ne sais pas si Monsieur Moustache vous avez manqué, mais à moi pas tellement. Physiquement je l’aperçois de moins en moins, mais voilà je plaide coupable : je l’ai accepté en ami sur Facebook. Vous avez raison, c’était une grossière erreur ! Et ce matin, il se trouve que Facebook m’a gentiment fait remarquer que Monsieur Moustache avait commenté une publication d’une jeune femme. Voyeurisme oblige, j’ai lu son commentaire et encore une fois j’aurais dû m’abstenir.

Une jeune femme ronde, je déteste ce mot car il supposerait que les autres femmes soient carrées ou triangulaires ce qui est ridicule, mais par peur de blesser, je m’excuse auprès de vous, j’ai la mauvaise manie de vouloir trouver des expressions politiquement correctes qui en réalité ne le sont pas, enfin bref. Cette femme posait en maillot de bain et là, quelle surprise de constater que sous cette photo il y avait une centaine de commentaires où chacun donnait son avis, cela allait des encouragements « C’est génial, elle assume et elle a raison » au « Tu devrais faire attention à ta santé, l’obésité est dangereuse… ». Cette femme n’avait pas demandé d’avis, ni de retours sur son corps, elle partageait simplement ces photos de vacances, mais apparemment ce n’était pas le sujet.

Les réseaux sociaux sont venus exacerber une mauvaise manie qui était déjà bien ancrée dans notre mode de fonctionnement : le jugement. Mais qu’est-ce que c’est que cette obsession de toujours devoir donner son avis sur tout et sur tout le monde ? Je serai bien hypocrite de vous dire que je n’ai jamais cédé aux charmes des critiques et du jugement. J’ai certainement participé volontairement ou non d’ailleurs à ce type de remarques, ce que je regrette. Quelle violence de publier ce genre de propos pour la personne qui le reçoit. Monsieur Moustache objecterait certainement que si elle ne voulait pas de remarque, elle n’avait qu’à s’abstenir de publier des images d’elle.

Devons-nous passer devant un tribunal fictif à chaque fois que nous publions une photo ? Je ne crois pas.

Il ne s’agit pas ici de parler de la grossophobie, la transphobie etc… mais des milliers de remarques qui peuvent être lancées, telles des piques par autrui selon SON bon vouloir. Ce qu’il faut savoir, c’est quoi que vous fassiez vous pouvez être victime de ces remarques acerbes.

Si vous êtes bronzé :

-Dis-donc tu as vu comment elle est cramée, c’est clair elle ne connaît pas le cancer de la peau. 

Si vous ne l’êtes pas :

– J’ai jamais vu quelqu’un d’aussi blanc, elle devrait se mettre un peu de fond de teint. 

Si vous vous épilez :

– Ok la fille elle s’épile partout, mais partout quoi, comme si nous n’étions pas des mammifères. Je trouve ça complètement ridicule de vouloir se conformer à la société.

Et si vous ne le faites pas :

– Elle a des poils sous les bras, je te jure. C’est dégueulasse.

Si vous êtes plutôt fine :

– C’est sur elle est anorexique, tu as vu ses jambes ? On dirait mes poignets, quelqu’un devrait lui dire de manger.

Si vous ne l’êtes pas :

– Tu as vu le poids qu’elle a pris depuis l’année dernière, au moins huit ou dix kilos, je pense. Ça doit être dur pour elle. Elle devrait essayer le régime Dukan, c’est magique !

Si vous vous maquillez :

C’est moche, elle se maquille trop. J’aime pas du tout comment elle force le trait avec son eye-liner, ça ne lui va pas. Elle devrait essayer d’être plus naturelle.

Si vous ne le faites pas : 

Elle prend vraiment pas soin d’elle, elle fait aucun effort pour s’arranger. Si seulement elle mettait un peu de fard pour paraître moins triste.

Je pourrais continuer ainsi pendant des heures, mais je pense que vous avez compris le principe.

De mon expérience, la majorité de ces remarques sont destinées à des femmes et beaucoup moins à des hommes. Mais ce que je ne comprends pas, c’est que hormis le cas de Monsieur Moustache, la plupart de ces remarques sont justement lancées par des femmes…

Je ne sais pas pourquoi je me rends compte de tout cela aujourd’hui plus qu’hier, mais ce qui est certain c’est que désormais, à moins que l’intéressé ne me pose directement la question, à chaque fois qu’un tiers me demandera si Emma a bien fait de se faire percer le nez, Florence de s’épiler autant les sourcils ou Julien de perdre dix kilos, promis je rétorquerai que je n’en pense rien.

Il est bien plus difficile de se juger soi-même que de juger autrui.”

-Antoine de Saint Exupéry-

6 commentaires sur “Je n’en pense rien et pitié je vous en supplie faites de même !”

  1. Chère Julie, [en référence au professeur Moustache, tu mourras moins bête, mais tu mourras quand même]

    Que penses-tu des filles qui mettent tellement de fond de teint, que ça laisse des marques sur les vêtements blancs des copines ? 😉

    xoxo

  2. À partir du moment où l’on publie une photo, ne nous soumettons pas à l’avis des autres ?

    Pourquoi mettre des articles, photos, romans, … en ligne si ce n’est pour recevoir des critiques de personnes qui vont valoir leur liberté d’expression ?

    Il est vrai que beaucoup dépasse la ligne, dans un sens, comme de l’autre, mais je peux t’affirmer que lorsque je poste mon magnifique ventre qui devrait perdre une 30aine de kilos, je ne suis pas naïf au point de savoir ce que les autres vont me rétorquer, dans le bon comme dans le mauvais sens.

    Sinon, il existe un moyen très simple de ne plus donner son avis : se couper des réseaux sociaux, que je parviens à tenir depuis 50 jours pour ma part ;-). Je gagne 10 heures par semaine dans ma courte vie.

    Ton article fait réfléchir mais sans le vouloir, tu viens de nous dire ce que tu en penses …

    1. Ton commentaire est très intéressant et je comprends ton point de vue même si je ne le partage pas. Je ne pense pas qu’en publiant des photos nous soyons obligés de nous soumettre aux jugements des autres. Si j’extrapole, cela voudrait dire que simplement en étant vivant, en me promenant, en me montrant en public, j’autoriserai les autres à me juger. Comme je l’ai dit dans l’article et tu le soulignes bien à la fin, il y a une part d’hypocrisie dans ce texte, puisque moi aussi j’ai jugé et je serai certainement amenée à le refaire consciemment ou non. Simplement, je trouve que parfois nous banalisons des choses qui ne devraient pas l’être à force d’habitude. Nous devrions nous offusquer de ce genre de propos, nous devrions être surpris par ces commentaires mais nous sommes tellement habitués à les rencontrer que cela devient normal.

      Félicitations pour ta réussite concernant les réseaux sociaux, 50 jours, ce n’est pas rien. Cependant, les jugements ne sont pas uniquement sur le support digital, ils existent aussi dans l’IRL comme on dit. Pour ma part, je ne diabolise pas les réseaux qui ont également beaucoup d’avantages, peut-être qu’un jour, je serai amenée à prendre de la distance comme toi mais pour le moment, je n’en ressens pas le besoin.

      Au plaisir de te lire à nouveau et pourquoi pas de débattre.

      1. Il y a une grande part de vrai dans ce que dit Ben. Ainsi que toi^^ je suis totalement d’accord avec ton article. Le nombre de fois où je me retiens de répondre amèrement à tous ces commentaires haineux ou sûrs de leurs bons droits. Je me retiens parce qu’un avis amène une pluie de réponses toutes plus acerbes les unes que les autres, et pleines de jugement. Pour en rester à la photo: critiquer une personne ainsi c’est inacceptable. Et rageant. Pourtant en même temps, ceux qui postent leurs photos le font dans le but de se montrer (je voulais écrire dans un but narcissique mais je pense que ce mot va être pris comme une insulte alors que ce n’est pas le cas). D’une certaine façon, il y a un moyen de se protéger de tout cela: mettre son compte en privé, uniquement visible aux amis. Si cela n’est pas fait, alors c’est qu’on a envie de se montrer…et d’obtenir le jugement des autres.Car on espère qu’il sera bon et bienveillant. Il y a une intention derrière chaque post d’une personne(photo, message…). Or quand on se promène simplement, ce n’est pas le cas. On va d’un point A à un point B c’est tout… Malheureusement, derrière les profils, se cachent souvent des personnes malveillantes et pleines de rancoeurs…pire, je pense que des personnes totalement sympathiques se cachent parfois derrière des commentaires insultants. Les gens laissent leurs colères, tout ce qu’ils ont retenus, leurs rancoeurs, suinter à travers leurs claviers. Parce qu’ils se sentent protégés et parce que c’est si difficile de ne pas donner son avis.

        J’aime ta philosophie : moi aussi la prochaine fois, promis je n’en penserai rien. C’est exactement ce qu’il faut faire. Et accepter les autres comme ils sont. Merci pour cet article percutant.

        1. Merci à toi d’avoir pris le temps de laisser un commentaire 😉 C’est vrai que pour se préserver, il vaut mieux limiter sa visibilité à notre cercle d’amis et nos familles. Et je pense qu’il faut tenter de se rappeler du concept de la bienveillance qui est parfois oublié.

N'hésitez pas à laisser un commentaire...ça fait toujours plaisir ;)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :