Vous sentez que quelque chose cloche mais sans savoir quoi ? Vous enchaînez les phrases et vous sentez que ça coince ? Les mots ne viennent pas naturellement ou plus du tout ? Vous avez le sentiment de devoir lutter pour parvenir à un résultat médiocre ou pire il vous est impossible d’écrire quoi que ce soit ?* 

 

Si vous répondez oui à l’une de ces questions, il est fort probable, chers auteurs, que vous rencontriez le fameux syndrome de la page blanche aussi appelé blocage de l’écrivain.

Mes conseils n’auront d’autres buts que de vous permettre de retrouver vos sensations et le plaisir d’écrire. Je ne vais pas vous mentir, appliquer à la lettre chacune de mes recommandations ne sera peut-être pas suffisant. Je n’ai pas de remède magique, je ne vais pas vous demander d’avaler un verre d’eau chaude juste avant de vous coucher ou de vous couper les cheveux un soir de pleine lune . Quoi que… Je suis certaine que ça fonctionnerait pour certains, le pouvoir du mental combiné à l’effet placebo peut parfois s’avérer magique🤔. Nous sommes tous différents et retrouver le plaisir d’écrire ne viendra pas tout seul,  c’est un travail qu’il faut faire sur soi et surtout qu’il faut avoir envie de faire.
Récupérer l’écriture pour un auteur, c’est un peu comme se remettre au sport pour un sportif. Le plus important ce n’est pas d’avoir le geste parfait ou de réussir à caser des mots savants comme agélaste, xyloglotte ou encore Ascardamycte dans votre texte. Non, ce qui compte le plus, c’est d’avoir “des sensations”. Parfois, vous avez l’impression que vos bras s’élancent exactement au bon moment, que vos jambes suivent parfaitement le mouvement comme si c’était inné, fluide. Pour l’écriture c’est exactement la même chose : il faut ressentir l’écriture.
Pour ressentir à nouveau l’écriture, je vous ai constitué le top 5 de ce qui fonctionne le mieux pour moi.

1) Utiliser la musique pour vous concentrer et vous détendre :

C’est une méthode que j’utilise régulièrement lorsque je n’arrive pas à me concentrer. Je suis parfois incapable de faire abstraction du bruit qui m’entoure et pour pallier ce problème, je sors ma paire d’écouteurs et m’isole avec la musique. Mais pas n’importe quelle musique, j’ai besoin d’avoir un fond sonore qui ne me distrait pas, j’utilise donc des musiques comportant des ondes alpha car elles favorisent la concentration.

Il faut savoir qu’il existe différents types d’ondes :

  • Ondes delta : de 0,5 à 4 Hz, celles du sommeil profond, sans rêves.
  • Ondes thêta : de 4 à 7 Hz, celles de la relaxation profonde, en plein éveil, atteinte notamment par les méditants expérimentés.
  • Ondes alpha : de 8 à 13 Hz, celles de la relaxation légère et de l’éveil calme.
  • Ondes bêta : 14 Hz et plus, celles des activités courantes. Étrangement, les ondes cérébrales passent au bêta pendant les courtes périodes de sommeil avec rêve (sommeil paradoxal), comme si les activités du rêve étaient des activités « courantes ».

Je vous laisse ci-dessous deux exemples de musiques avec des ondes alpha.

Ps : pour que la méthode soit totalement efficace, il ne faut pas oublier de fermer Facebook, votre messagerie et toutes autres sources de distractions. 

2) Libérez vos émotions :

Lorsque je bloque dans l’écriture, généralement je me sens vide. Ce n’est pas compliqué, je ne ressens plus rien, ni joie, ni tristesse. Le vide. Il m’est alors impossible d’écrire car je ne ressens plus les mots. Je n’arrive plus à mettre l’émotion souhaitée dans l’écriture. Afin de sortir de cet état et de pouvoir me remettre à ressentir et à écrire, je n’ai trouvé qu’un seul moyen : me forcer à ressentir des émotions. Et pour y parvenir, je me plonge dans des histoires à travers des films ou romans afin de ressentir à nouveau tous ces sentiments que sont la peur, la tristesse, l’amertume, la colère, l’envie, la jalousie, la joie…

Je vous laisse donc une playlist des films qui m’ont le plus touchée et inspirée en tant qu’auteur, cette playlist est collaborative alors n’hésitez pas à ajouter des vidéos :

3) Sortez, mangez, bougez :

Je ne sais pas vous mais moi j’ai un mécanisme très énervant qui fait que lorsque j’ai un blocage, plus je force mon cerveau à essayer de le débloquer, pire c’est. Dans ce cas, il faut savoir passer à autre chose. Ne restez surtout pas coincée toute une journée devant votre ordinateur à ruminer. Les mots ne veulent pas sortir ? Très bien, profitez de votre temps pour vivre de nouvelles expériences, sortez avec vos amis, allez à la plage, préparez un bon plat….

Si je vous préconise de sortir, je ne vous conseille pas pour autant d’abandonner totalement votre projet. Je sais que beaucoup ne sont pas d’accord avec cela mais pour ce qui me concerne il me parait très mauvais de délaisser un projet même si vous n’arrivez pas à le terminer même pour une durée déterminée. Certains préconisent de se couper totalement de son roman pendant des semaines voir des mois. Pour ma part, je ne serai pas aussi extrême. Vous n’arrivez pas à terminer votre chapitre ? Très bien, ne vous forcez pas à écrire. Mais chaque jour, replongez dans votre roman, relisez-en quelques passages, corrigez des fautes. Personnellement, je relis toujours une partie de mon texte le soir avant de me coucher ainsi pendant que je dors mon cerveau travaille tout seul et je me réveille parfois avec de belles idées pour la suite du récit.

4 ) Faites-vous plaisir :

Lors de l’écriture de mon premier roman, j’ai eu un énorme blocage qui a duré des mois. Impossible d’écrire, impossible même de penser à l’histoire. J’étais complètement coincée et pourtant j’avais tout essayé pour retrouver ma plume. Tout sauf analyser mon blocage. Avec du recul, je me suis rendu compte que je me mettais beaucoup trop la pression, je voulais que mes mots sonnent juste et soient littéraires. J’avais forcément en tête mes auteurs modèles comme Amélie Nothomb, et je m’étais mis une pression par rapport à cela. Perfectionniste, rien de ce que j’écrivais ne me paraissait assez bien. Forcée de constater que j’étais incapable d’écrire le moindre mot en 1 an j’ai décidé de mettre en pause mon projet et d’écrire pour le plaisir, juste comme ça, sans aucune arrière pensée, sans aucune idée en tête, juste écrire. Alors que je suis plutôt adepte de romans réalistes, je ne me suis mis aucune barrière et j’ai créé un monde complètement imaginaire, pour m’amuser et c’est ainsi que le roman Semblables est né et que j’ai retrouvé ma plume. Je sais qu’écrire est difficile, que cela demande des efforts, de la rigueur parfois même des sacrifices mais il est primordial que cela vous apporte du plaisir…sinon je n’y vois aucun intérêt.

5) Lisez !

Les mots sont la matière première de l’écrivain. C’est pourquoi, lire est un excellent moyen de retrouver l’inspiration.Je ne parle bien sûr pas de plagier un roman ou d’écrire une saga qui ressemble étrangement à Harry Potter mais bien de faire travailler votre créativité et d’accroître vos connaissances. Généralement, lorsque je n’écris plus, je suis une boulimique de lecture, cependant, je lis toujours des livres qui sont éloignés de l’univers de mon roman en cours d’écriture. C’est une façon pour moi d’être plongée dans un autre environnement.

*Je m’excuse d’avance pour le magnifique ton publicitaire utilisé au début de l’article mais c’est une déformation professionnelle inévitable. En le relisant, j’ai vraiment l’impression de voir un slogan publicitaire pour un médicament. Vous avez souvent des migraines ? Votre gorge vous gratte et vous peinez à respirer ? Prenez Lysopiax !

N'hésitez pas à laisser un commentaire...ça fait toujours plaisir ;)

%d blogueurs aiment cette page :