Depuis l’annonce de la signature d’un contrat d’édition pour mon roman Semblables, mon entourage a commencé à s’intéresser à celui-ci et la question qui revient le plus souvent est :

C’est quoi comme livre ?

Je vous l’accorde, c’est un peu généraliste comme question et je pourrais trouver mille mots pour décrire l’ouvrage (fantasy, roman imaginaire, livre pour jeune adulte …) mais généralement, je me contente de répondre que c’est une dystopie.

Une dysto quoi ?!

Pas de panique. Si le nom sonne un peu barbare, en réalité il n’y a rien de compliqué et je suis persuadée que vous avez déjà lu des romans dystopiques, c’est juste que vous ne saviez pas que ça en était.
Hier encore, j’expliquais à une amie ce que représentait la dystopie, enfin j’expliquais… j’essayé d’expliquer, jusqu’à ce que Monsieur Moustache nous entende et me coupe dans mon explication.

FreepickJe me sens obligée de faire un petit aparté pour vous expliquer qui est Monsieur Moustache. Le plus important à savoir c’est que vous en avez sans doute un parmi vos proches. Monsieur Moustache, c’est un homme qui n’est pas plus intelligent que les autres ni plus brillant mais qui a tout vu, tout vécu et qui sait tout. Peu importe le sujet, il a son opinion sur tout, que ce soit sur la préservation des Hadzas, l’une des dernières tribus nomades d’Afrique de l’Est ou sur le meilleur terreau pour rempoter une fleur. Monsieur Moustache a un besoin vital de montrer au monde qu’il est digne de recevoir un prix Nobel et il est convaincu, dans sa grande bonté, que ses interventions nous sauverons, nous pauvres âmes à l’intellect limité. Merci Monsieur Moustache.

Pourquoi Monsieur Moustache ? Tout simplement parce qu’à chaque fois que j’ai par malheur croisé le chemin d’une personne de ce genre, c’était toujours un homme à moustache. Coïncidence ou non je vous laisse juger.


Donc Monsieur Moustache me coupe dans mon argumentaire et il précise d’un ton nonchalant :

« la dystopie, c’est une contre utopie. Ça paraît évident. »

EVIDENT on vous dit !

Mon amie sourit, pourtant je sens bien qu’elle n’est pas plus avancée.  Les années lycée et collège ont laissé leurs traces et pour beaucoup quand on parle d’utopie le cerveau ne fait qu’une association : utopie = le roman “Candide” de Voltaire.  Par conséquent, mon amie en déduit que mon roman est en totale opposition avec celui de Voltaire… elle attend que Monsieur Moustache reparte l’air satisfait, pour m’avouer qu’elle ne comprend toujours pas ce que ça signifie.

Donc dans une version simplifiée voici ma définition de l’utopie et de la dystopie.

Une utopie est une représentation d’une réalité idéale, sans défaut. Dans une utopie la société est décrite comme parfaite, les citoyens vivent en harmonie dirigés par un gouvernement juste et idéal. En gros la plus parfaite des vies dans le meilleur des mondes…

Au contraire de l’utopie, dans une dystopie les personnages ne peuvent pas ou difficilement atteindre le bonheur. Ils sont le plus souvent coincés dans un monde effrayant dirigé par un gouvernement totalitaire.  En gros : c’est l’enfer sur terre !

 Quelques exemples de dystopies :

       
       1984               Hunger Games              La Sélection
de George Orwell       de Suzanne Collins          de Kiera Kass

14 commentaires sur “La dystopie… ou votre première rencontre avec Monsieur Moustache”

  1. Monsieur Moustache j’ai fait mieux que le rencontrer j’ai vécu avec pendant 2 ans ! Je ne sais pas ce qui m’est passé par la tête à ce moment là mais enfin… je le reconnais parfaitement dans la description ^^ Merci pour ce bon moment de rire et bonne continuation.

    Sylvie

  2. J’aime cette coïncidence (ou non) Julie Jodts et cette image du Monsieur Moustache. Qu’en est-il pour les femmes ? J’ai plus rencontré de femmes “Monsieur Moustache”. Peut-être avait elle du duvet ^^ Madame Duvet, c’est moins glam mais ça peut peut-être fonctionner ?! 😬

    1. C’est vrai, j’ai également rencontré ce type de femme, dans un style un peu différent mais elle n’avait pas de moustache où alors elle était décolorée 🙂

  3. J’en ai eu un dans ma vie pendant des années… jusqu’à ce que je lui rase sa moustache pendant son sommeil. Ha ! Ha! Il ne faut pas se laisser faire par ces gens-là. On peut toujours les coincer sur quelque chose qu’ils ignorent… Mais la plupart du temps, on n’ose pas et c’est de là qu’ils tirent leur force (du côté obscur).

N'hésitez pas à laisser un commentaire...ça fait toujours plaisir ;)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :